Podcast #7 L’adulte, un ancien enfant (et podcasts suivants)

Le podcast de la semaine, 7ème du nom, est en ligne.
Le sujet que j’aborde est celui de l’enfant que nous étions tous, nous les adultes. Un adulte qui garde en lui un paquet de traces de l’enfant qu’il était.

Logo Parents en OR

Sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=FkpdUWMXjXc
Sur Soundcloud: https://soundcloud.com/user-964512622-53691679/ladulte-cet-ancien-enfant
Sur Itunes: https://itunes.apple.com/fr/podcast/parents-en-or/id1347935275?mt=2

Pour ne pas encombrer le blog chaque semaine avec le podcast mis en ligne, je t’invite désormais à me suivre, si ça te dit, directement via l’un des 3 liens dispos, abonne toi et demande des notifications pour être au taquet lors de chaque mise en ligne. Tu trouveras tous les liens nécessaires soit tout en haut du blog, à la rubrique « Parents en Or« , soit sur la colonne de droite sous l’image de « Parents en Or ».

 

Publicités

Dix ans avant ça

C’est pas un bilan que j’ai envie de faire, je réserve ça pour ma fin de vie (si je la vois venir évidemment). Mais j’sais pas, 10 ans là que 2008 a été une année de changements. Enfin, de début de changements plus exactement.

En 2008, je venais d’intégrer mon labo. C’était le seul labo que je voulais intégrer, c’était comme ça, je m’étais dis, c’est là que je veux bosser. J’étais fraichement habilitée à faire de la sérologie et j’intégrais doucement la biologie moléculaire. J’étais si fragile. Une brindille. Je m’estimais novice et peu légitime. Je bossais à fond, j’étais déjà très rigoureuse, il fallait absolument que je plaise à ma chef et c’était le cas. Je parlais peu, et j’espérais le plus possible ne pas faire de vague.
Je me souviens de ma peur et de ma réserve. Et cette réplique de ma chef un jour qui m’a foutu les jetons:
« Hé Sandra, faut appuyer un peu plus! »
Je croyais qu’elle n’était pas contente de moi et qu’il fallait que j’accélère un peu et que je bosse plus, mais non, elle me demandait d’appuyer un peu plus avec le stylo lorsque j’écrivais sur nos formulaires carbone. C’était tout à fait moi, même mon écriture était légère et trop discrète.

J’avais commencé les démarches pour m’occuper de mes dents qui étaient un vrai complexe. Plusieurs mois auparavant on m’avait annoncé que des bagues ne suffiraient pas et qu’une opération des mâchoires était indispensable. Il m’avait fallu près d’un an pour digérer et accepter l’idée. J’étais donc appareillée. Et c’est dingue comme cette démarche n’était pas anodine. C’était décidée dans ma tête, sans que j’en ai réellement conscience: j’avais décidé de m’occuper de moi et ça commençait par mes dents. Les bagues installées, j’ai commencé à sourire, c’était dingue pour moi et tout nouveau, sourire sans mettre la main devant, j’te jure.

IMG_86451

Je venais de quitter l’homme avec qui j’étais en ménage. Et j’étais déjà en couple avec un autre. Cet autre qui m’a tant marquée. J’ai vécues des douleurs dans cet amour peu réciproque ou que je ne comprenais pas. Une relation peu valorisante, moi qui avais tant besoin d’être valorisée. C’était chaotique et fort. Mais l’amour n’était pas dans son regard, sauf peut être ce jour là, dans cette phrase là, unique « Tu es belle, même quand je te regarde de dos ». C’était furtif et transitoire sans aucun doute.
Et au printemps, je rencontrais mon homme. Voilà, c’était si bon, cette chaleur, cette image dans ses yeux. Pourtant bondieu, j’avais une allure pas très flatteuse avec mes bagues, ma tronche un peu de travers, comment te dire. Mais j’ai eu une aisance avec lui dès notre premier café (café qui n’en était pas un, c’était en réalité un cocktail de fruits dans un bar gay où l’on enlevait nos chaussures pour s’installer dans un tas de coussins, génialissime). J’étais si à l’aise, si sûre de moi. Je retrouvais auprès de lui l’estime et la confiance que j’avais fourrées dans un coin paumé.

Y avait dans cette année là, 2008, une graine plantée dans ma tête. Elle était présente et allait germer. Aujourd’hui, dans ma tête c’est une vraie forêt luxuriante. Elle a bien poussé cette graine, j’ai bien grandi là d’dans. L’amour que je me porte et surtout la confiance en mes capacités ont, eux, explosés. Il me reste un sas, entre moi et le monde. Celui qui fait que, j’ai pas mal de fenêtres à ouvrir encore pour que mes plantes intérieures respirent à fond.
Finalement je le vois bien, le début du changement à commencer là: j’ai commencé à sourire.
La vie c’est sympa seulement si tu respires à fond et fais de grands sourires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Podcast #6 Voir et dire le positif

Le podcast de la semaine est en ligne.
Je t’y invite à inverser une tendance: arrêter de voir un maximum de négatif et fixer son regard sur le positif, ça change tout!

Logo Parents en OR

Sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=KunAoABkwj8
Sur Soundcloud: https://soundcloud.com/user-964512622-53691679/positiver
Sur Itunes: https://itunes.apple.com/fr/podcast/parents-en-or/id1347935275?mt=2

Si ça te dit on se retrouve là bas.