Archives pour la catégorie Mon rôle de mère

Maman se bouge le derrière

J’investis pas mal de mon temps pour mes enfants, c’est vrai. En fait, si je devais faire une moyenne, sans doute qu’elle s’approcherait des 20h/jour. Le reste du temps non dédié au enfant se morcellerait en: soirée avec l’homme, mes douches, le sommeil quand la Granule n’est pas réveillé, mes temps de loisirs.

Maintenant, sur mes temps de loisirs, j’ai rajouté quelques petites choses. Des choses qui ne m’étaient pas très familières voire pas du tout pour certaines d’entre elles.

J’ai remarqué que mon réservoir de patience et d’attention doit impérativement se recharger pour que je puisse réattaquer la journée suivante avec mes enfants et avoir assez de jus pour me consacrer à eux. C’est donc vital que je m’occupe de moi. Je l’ai toujours fait le mieux possible. Aujourd’hui j’en prends encore plus conscience et surtout j’ai l’envie qui augmente. Je suis importante moi aussi.

Des changements ont commencé et d’autres vont suivre.

1- Je-fais-du-sport.

J’te jure, rien que l’écrire ça me parait dingue. Moi, du sport? la feignasse en puissance? Et bien oui. Je fais du sport depuis, très précisément, le 23 janvier 2017. Je fais du sport trois fois par semaine, pendant environ 30 minutes. Je sue.

D’où vient le miracle? de cette envie dont je te parlais plus haut, de m’occuper de moi. Et puis, surtout, surtout, perdre son père d’une sale maladie, ça donne envie, plus que jamais, de prendre soin de son corps, parce qu’on a carrément pas envie de vivre la même chose.

La problématique était la suivante:
-Je suis une feignasse donc pas question de chercher par moi même quels exercices je dois faire.
-Je suis une feignasse donc pas question de devoir me déplacer pour aller en salle.
-J’ai deux enfants à temps plein, donc il était impératif de pouvoir le faire en leur présence.
-Je n’ai pas envie de mettre du pognon là dedans, il fallait donc que ce soit gratuit.

J’ai donc tenté le fameux coach sportif qui fait fureur sur le net: Fizzup. J’ai la version gratuite évidemment, et sans doute qu’il y a d’autres coachs virtuels tout aussi sympa, enfin bon, moi je suis sur Fizzup et ça me convient, pour le moment en tout cas.

Un jour je me suis inscrite. Mes enfants jouaient là, à côté de moi et je me suis dis « tiens, lançons ce bazar, au pire je me serais amusée avec les enfants ». J’ai donc lancé ma première séance et j’ai adhéré direct. Tu réfléchis pas, tu fais ce que le monsieur et la dame te montrent, ni plus ni moins. Je me suis éclatée, mon ainé a fait la séance avec moi, on s’est marré pendant que le plus petit nous regardait, interloqué.

C’était parti. Depuis je fais mes séances sans jamais en louper une. C’est devenu un moment sympa, un moment où j’aime sentir mon corps qui bosse, qui s’arrache sans pour autant que ce soit trop pénible.

IMG_948811

 

2- Je mange mieux

Je fais simple, y a pas mille changements: je mange beaucoup plus de légumes et j’achète un maximum bio. Et c’est tout.

Qu’est ce qui m’a poussé à mieux manger? Exactement les mêmes raisons que pour le sport. La bouffe a un impact considérable sur la santé et donc sur un sacré paquet de sales maladies.

Les légumes, on les épluche, on les coupe, on les fait cuire à la vapeur et on les mange. Je dis « on » parce que mon homme et moi sommes sur la même longueur d’onde. Du coup nos féculents ont pris moins d’importance dans les repas et les légumes remplissent bien plus nos assiettes.
A part ça, nous n’avons rien changé d’autre. Je mange tout ce qui me donne envie, beaucoup de gâteaux par exemple (l’allaitement me donne beaucoup d’envies de sucrés alors qu’habituellement je suis plus fan de salé), du fromage ou tout autre aliment gourmand. Je ne me prive de rien sauf du nut’ que j’ai désespérément supprimé de ma vie « snif ».

Les conséquences

Et le top? c’est que je constate les bienfaits concrets sur mon corps. Ce corps dont je te parlais dans le post précédent, celui qui a fait naitre deux enfants et qui a besoin qu’on s’occupe de lui.
– Même si ce n’était pas mon but, j’ai perdu un peu de poids. Quelques kilos, vraiment pas grand chose, mais cela se voit énormément vu ma petite taille. J’ai perdu 10cm de tour de hanche, je change progressivement ma garde robe puisque tous mes jeans, pantalons et autres bas ne me vont plus du tout.
– Je constate aussi des débuts de modelage. Des zones de mon corps un peu lâches (cuisses, fesses) se dessinent. Je me sculpte tout doucement, et j’apprécie ce que je vois!
– J’ai plus d’énergie, je sens que mon corps est ressourcé en tas de nutriments dont il disposait beaucoup moins avant.

Et sinon? Et bien à part ça, j’ai quelques autres projets en tête qui concerneraient l’envie de faire rentrer un peu plus de pognon à la maison, le fait encore de m’occuper de moi et également d’organiser l’année « scolaire » prochaine (les guillemets c’est parce que mon fiston fera l’école à la maison).

Est ce que ça va durer? Je n’en sais rien, mais on s’en cogne, là je profite de cette motivation inespérée!

Le pas est franchi: l’école c’est fini

La Globule a 4 ans et des brouettes. Il connait l’école depuis ses 3 ans. A ce moment là, j’étais pas très enjouée et c’était les fesses serrées que je l’avais inscrit.

J’avais écris sur ce sujet ( ici: L’école c’est bien et c’est obligatoire ), pour expliquer que je restais très vigilante quant à l’emprise éventuellement néfaste que l’école pourrait avoir sur lui et sur le fait que nous n’hésiterions pas beaucoup à l’enlever, l’arracher même, de ce système un peu/beaucoup influençant.

La petite section s’est bien passée. Globalement. Mais quand même c’était pas le paradis.
Dès les premières semaines la Globule a commencé à aller à l’école à reculons, jusqu’au jour où il ne voulait pas décoller de la maison. Il a su nous expliquer que les grands l’embêtaient lorsqu’ils venaient le caresser, le câliner, le consoler. Pour être plus précis, à l’école, les petites sections les plus choubidou sont souvent très très aimés des plus grands qui n’hésitent pas à leur caresser les cheveux ou la joue ou simplement à venir leur parler ou leur demander comment ça va. Mais, attention, la Globule n’aime pas-duuuu-tout qu’on le touche, tripote, caresse, surtout si tu es ni sa maman ni son papa.
Nous lui avons demandé s’il voulait qu’on en parle avec la maitresse, et donc avec son accord, moi et mon homme, à tour de rôle et de façon très insistante et quotidienne, nous en avons parlé à sa maitresse et à l’ASEM. Elles ont pris le soucis très au sérieux et, très rapidement les grands ont arrêté de vouloir papouiller notre bonhomme.

Et puis l’influence classique de l’école a fait son apparition sur la Globule, avec les stéréotypes, la violence, les contraintes d’autorité, le bien/pas bien, le stress des récrés « comment ça s’est passé la récréation? » »moi je m’assois sur le banc des maitresses et je leur raconte ma vie en regardant les autres courir partout ».
La Globule, intense comme il est, absorbe tout à l’école et ressort tout à la maison.
La première année s’est bien terminée, notre bonhomme étant un enfant trèèèès docile en classe, trèèèèès doué et trèèèès à l’aise avec les adultes.

La moyenne section se passe bien. Globalement. Cette année, il a crée des amitiés avec, entre autres, un meilleur copain. Cette année a donc montré que la Globule a des capacités sociales qui dépassent déjà largement les miennes et qui permettent donc logiquement de me rassurer sur ce point là. En gros, il est capable d’aller vers ses congénères sans aucune gène pendant que moi je continue de serrer les fesses.
L’influence de l’école a continué de faire son effet évidemment, avec, toujours, les punitions, les « maitresse elle a crié et j’ai eu peur« , la violence sous des tas de formes (je l’ai dis que la récré c’est la loi de la jungle?), les « même pas mal« , les jeux de force, etc.
Toutes ces petites choses, banales, considérées banales plus précisément, auxquelles je n’adhère pas. Et puis l’école classique c’est tout un concept qui est, selon moi, totalement à révolutionner (si t’as 4h devant toi, on peut papoter sur ce sujet).
La Globule est dans une petite école privée qui propose de supers ateliers autonomes montessoriens, mais, malgré mes demandes, non, ils n’iront pas plus loin dans le concept. Bon, dommage, vous étiez sur la bonne voie!

L’année prochaine c’est la grande section. Et qu’apprends-je. Les grandes section sont dans la même classe que les CP et sont donc déjà fourrés et immobilisés derrière des bureaux.
Et là, c’est devenu pour moi le critère rédhibitoire. No way. Stop. Pas question mon cochon.

iefecole

Alors, j’ai ruminé, réfléchis, discuté avec mon homme. Ensuite j’ai encore réfléchis, ruminé et puis j’ai recherché.
Autour de nous nous avons deux écoles intéressantes qui viennent tout juste d’ouvrir en 2016: une école Montessori et une école libre. La première coûte 4800€ par an. Ahum. Pas possib’. La deuxième est bien bien moins chère et le concept est super intéressant. J’ai eu des retours de maman qui disaient que l’organisation n’était pas encore super bien rodée. Bref, c’est devenu mon option numéro deux.

Je suis en congés parental et on arrive à se débrouiller financièrement. La Globule n’est pas encore dans l’âge où l’instruction est obligatoire, donc pas de stress d’inspection. L’école ne prône pas les valeurs qui nous sont plus que chères. Alors, la décision est venue tout simplement. Sur le cahier de vie de notre bonhomme, là où on nous demande si on souhaite le réinscrire l’année prochaine, on a coché « NON« . Nous ne réinscrirons pas notre fils. On se lance dans l’IEF (Instruction En Famille)

Ce pas, énormissime pour moi, cette case cochée, ça a eu l’effet pour moi, d’un énorme saut dans le vide, mais bondieu, un saut giga-excitant.

On est face à des choix tu vois, parfois ça demande beaucoup de temps pour le faire. On est en plein désarroi, on rumine un paquet de temps, on sait pas trop si on va faire le bon choix. Et puis des fois, lorsque le pas est franchi, ça fait comme un souffle frais sur le visage, un truc qui te fait respirer en dedans. Et là, tu sens que ton choix il est en accord total avec toi même. Ca colle, ça rend fière, ça concorde, ça coule de source, comme une bonne confiture étalée sur une couche de beurre. Nickel.

Certains points m’effraie. Ceux qui vont m’obliger à me mettre quelques gros coups de pieds au derrière. Ceux qui vont donc sans doute agiter mes faiblesses sociales, parce qu’il n’est pas question que ma peur de l’extérieur enterre mes gosses à l’intérieur de la maison.
J’ai peur également de l’épuisement, parce que mes mômes c’est pas des statues de cire, ils me sollicitent de façon intense.
Nous savons également que cette décision nous la prenons pour un an. Nous testons. Nous verrons. Peut être que l’IEF deviendra notre mode de vie à long terme, peut être que ça ne durera qu’un an. Nous n’en savons rien, et ça reste logique. Chaque choix doit répondre à un questionnement de l’instant. Chaque décision se fait à un moment donné, dans un contexte donné et doit pouvoir être réadapté selon l’évolution des besoins de la famille.

Un an et des brouettes, et le reste on verra.

D-MER, c’est quoi cette mer**?

Si tu suis un peu le fil alors tu sais que j’ai un bébé que je nomme ici La Granule, peut être même que si t’as fouiné un peu tu sais qu’il a 6 mois. Cela fait donc 6 mois que j’allaite.

Si tu suis bien le fil tu sais aussi peut être que j’ai « perdu » mon père il y a peu, c’était en septembre 2016.

Le lien entre les deux infos? Un truc un peu étrange, un truc qui, je crois s’est déclenché suite au décès de mon père.

Je resitue le bazar: mon père meurt, le chagrin est immense et là, je prends soudainement conscience qu’il se passe quelque chose lorsque je mets la Granule au sein. Dès les premières secondes de la tétée, je ressens une montée brutale et très intense d’émotions négatives.
Pour te décrire le truc plus précisément encore: j’ai mon bébé d’amour au sein, on est tranquille et là, au creux de mon ventre je ressens un pic immense, une boule dure et profonde de désespoir noir et morbide. Le genre de sensation qui te donne l’impression que la vie c’est de la grosse pourriture, que tu n’arriveras à rien, que tout est noir et dégueulasse et ça te donne l’envie de crier « au secours!! aidez moi, je suis perdue, finie, la vie est trop dure!! ». Pour préciser encore, cette sensation se manifeste tout simplement quelques secondes avant une montée de lait. Quelques minutes se passent, la sensation disparait, la tétée se termine, et tu retrouves ton moral et tes petits papillons devant les yeux… Personnellement, ça ne me le fait pas à toutes les tétées, c’est surtout lorsque je suis tranquille à ne rien faire d’autre, ce qui fait quand même un bon nombres de tétées.
Le petit détail supplémentaire dans mon cas, c’est que, durant les tétées j’ai un dégout particulier pour les boissons et la nourriture, je ne peux rien mettre dans ma bouche.

J’en ai parlé à ma psy-la-bonne-fée, et elle m’a immédiatement parlé de ce syndrome bien chelou: la dysphorie associée au réflexe d’éjection de lait (D-MER en anglais).

breast-feeding-1582923_1280

Plusieurs sites en parle, je te mets celui de la Leche League.

Ce n’est pas une dépression post-partum, ni un problème de lien mère-enfant, ni même rien en rapport avec des problèmes psychologiques de la mère, c’est simplement hormonal.

Lors d’une tétée, l’ocytocine est excrétée, permettant une production progressive de prolactine, hormone qui permet la lactation. La dopamine étant un inhibiteur de la prolactine, son taux diminue. Dans la plupart des cas, cela ne pose pas de problème, mais lors des D-MER, cette chute de dopamine est trop importante. Et qui dit trop peu de dopamine (hormone qui porte bien son nom puisqu’elle est synonyme d’entrain, de motivation, de bonne humeur), dit angoisse, déprime, apathie, désespoir.

Selon les femmes et le contexte, les émotions négatives sont variables (tristesse, colère, angoisse) et leur intensité aussi.

Quoi faire pour y remédier?
Y a pas grand chose à faire à part en parler à ton médecin/sage femme/psy si cela est trop envahissant. Sinon, ce qui fonctionne pour moi c’est d’être occupée lors des tétées (lire, discuter, regarder la télé, etc).

Dans mon cas, je ne me souviens pas avoir ressenti ça avec mon ainé et, ce qui est étonnant c’est que cela se manifeste uniquement depuis la mort de mon père. Ca a peut être donc été le déclencheur. Il y a un lien fort entre ces moments de grand désespoir et les dernières images de mon père, mourant, qui me regardait allaiter mon fils. Je crois que la D-MER était peut être faible avant sa mort ou latente, mais qu’ensuite, j’ai associé la sensation négative avec les derniers souvenirs douloureux de mon père, ce qui a amplifié le désespoir ressenti. Enfin, c’est comme ça que je le vois.

J’ai voulu écrire et décrire ce syndrome encore peu connu, pour contribuer à informer des mamans allaitantes qui passeraient par ici et qui se demanderaient ce qui leur arrive.

Ne culpabilise pas Supermaman, tu aimes ton mioche, tu aimes allaiter (enfin sans doute, cela te regarde après tout), cette sensation pourrie n’est que passagère et n’est pas de ta faute.