Archives du mot-clé bilan

Une année scolaire sans école

Ca sent les vacances, j’aime bien cette ambiance. Même en étant décentrés du système scolaire, son calendrier reste majoritairement dominant dans les mouvements et l’organisation de la société entière, donc, on le ressent quand même, bien sûr!
Sans parler de l’été et du beau temps qui donnent, en plus, un peu de légèreté à nos pensées.

Cette année « scolaire » non scolaire (je rappelle que nous pratiquons l’IEF ou « Instruction En Famille ») ne s’achève pas réellement. Disons que nous n’avons pas établi de calendrier précis avec un arrêt net des apprentissages. On apprend tout le temps, un peu, partout.

Je fignole quand même un bilan, parce que mine de rien, même si nous n’avons aucune obligation de suivre un quelconque programme scolaire, j’aime m’aider des suivis mis en place selon les classes, pour savoir comment me situer lorsque l’inspection aura lieu.

Parce que nous y voilà. Dès septembre prochain, la Globule qui aura 6 ans entrera dans l’instruction obligatoire et nous serons donc inspecté une fois par an à partir de cette prochaine année. Alors je nous y prépare, douuuuuucement.

Donc, le bilan, comment ça s’est passé cette année là? Comment je m’en sors pour pas finir en maison de repos en étant H24 avec mes deux enfants? Est ce qu’ils sont sauvages? Est ce qu’ils apprennent autant qu’à l’école? Comment je m’organise? Je les force à travailler?

diapo ief

Début septembre 2017

Je m’attelle à établir un programme, un thème de l’année et un emploi du temps.

9h-11h30: apprentissages formels
Repas
Début d’après midi: sieste de la Granule pendant que je joue avec mon ainé
Le reste de l’après midi: sortie/jeu libre

Mardi: éveil musical
Vendredi
: après midi avec copain de l’école

Tu vois, c’est pas non plus l’emploi du temps de fou, juste de quoi cadrer les heures d’apprentissages.
La Globule est demandeur, il veut qu’on fasse « comme à l’école » et que je joue à la maîtresse. Nous « travaillons » un peu le matin et l’après midi je sors mes enfants pour leur faire découvrir un lieu quel qu’il soit tant que c’est dehors.
Ca a duré quelques semaines. Au bout de quelques temps j’ai vu la motivation de la Globule décélérer, puis stagner puis il s’est mis à ne plus vouloir (du tout) qu’on fasse « comme à l’école ».
L’une des valeurs pour lesquelles nous avons choisi l’IEF c’est de ne pas forcer l’entrée des connaissances dans la tête de nos enfants, car plus on force, moins ça rentre. Alors j’ai jeté notre emploi du temps à la poubelle (c’est une image, en vrai, nous n’avions pas d’emploi du temps sur papier, la Globule étant très très réfractaire à tout ce qui est « règles, consignes, trucs à suivre, etc », sous peine de le mettre sous stress).

Fin 2017

Je me suis adaptée à mon fils et ai calqué nos apprentissages sur ses passions du moment. Le formel est devenu impossible, tout est passé par le jeu. Le jeu de rôle précisément, car la Globule est fana de jeux de rôles.
Alors, je suis devenue:
Annabelle (astro-physicienne)
Violette (archéologue-paléontologue)
Sarah (malvoyante qui a besoin d’un ami pour lui lire ses énigmes)
Farouk (le frère de Sarah, qui a du mal à écrire et qui a besoin d’aide pour écrire ses courriers)
Mr Sassou (un extraordinaire mathématicien qui a besoin qu’on l’aide à compter les wagons de son futur train interstellaire)
Dr Franck (Médecin, chirurgien)

Cela me demande beaucoup de temps  pour trouver des idées/préparer les activités et les fabriquer parfois! Mais c’est tellement amusant et agréable ensuite de voir mon fils s’amuser avec chaque personnage tout en intégrant pleins de choses!
En parallèle, mon homme a quitté son travail pour se lancer à son compte, nous sommes donc tous les quatre à la maison, je te laisse imaginer le saoûlage qu’on peut se mettre les uns sur les autres…
En parallèle, la Granule qui grandit commence à énormément me solliciter. Il demande beaucoup d’attentions, et je n’arrive pas beaucoup à l’occuper « de son côté » pour que je puisse faire des choses avec son frère.

Mars – avril 2018

Période compliquée. Mes idées d’activités se sont amoindries et, surtout, je suis épuisée. Etre avec mes deux garçons tout le temps m’a épuisé. La Globule n’est plus beaucoup intéressé par les activités que je lui propose (manque d’enthousiasme de ma part et mes idées ne sont plus aussi intéressantes). Nous sommes en totale unschooling, aucun programme, tout se fait sur l’instant. La Globule me sollicite toujours énormément ce qui rend les activités avec la Globule soit très compliquées, soit impossibles. Quelques moments vraiment difficiles. Nous sommes même allés visiter l’école démocratique du coin.

Mai à juillet 2018

Les choses se sont améliorées. La Globule a (re)trouvé de l’entrain, sans doute parce que j’ai moi même retrouvé de l’enthousiasme. Je laisse filé les apprentissages en mode autonome, je propose des activités de façon irrégulières (toujours calquées sur ses passions du moment) et la Globule s’ouvre aux apprentissages « sur papier et crayon« . Il en fait tous les jours maintenant (sauf quand je n’ai pas eu le temps d’en préparer). Toujours en mode « freestyling », nous faisons des sorties de façon irrégulières. La Granule me demande encore beaucoup mais il s’occupe un peu plus par lui même et surtout, les moments de jeu avec son grand frère augmentent.

diapo ief2

Les deux grosses difficultés de cette année:
– gérer le quotidien avec DEUX enfants qui ne veulent pas les même choses (évidemment)
– mon fils ainé qui peut beaucoup s’ennuyer (surtout en hiver) et dont il faut remplir les journées (partiellement au moins)

Les apports positifs de cette année:
– des apprentissages fluides sans contraintes
– zéro stress dû au quotidien fastidieux de l’école
– liberté TOTALE d’emploi du temps, aucune dépendance vis à vis du calendrier scolaire
– profiter à fond de nos enfants et de moments de famille
– mes enfants ne présentent aucun signe de sauvagerie et sont aussi sociables que leurs congénères

Je n’ai jamais imposé d’activités et je n’ai jamais forcé mon fils a travailler ou à faire quelque chose sur un thème qui ne l’intéresse pas. Aujourd’hui je fais le bilan et il est positif, même très positif malgré les difficultés.

L’année scolaire qui va arriver, va nous apporter des nouveautés:
– inspection obligatoire annuelle
– fin de mon congé parental et donc projet professionnel en cours dans ma tête

Les choses risquent de bien changer, mais probablement en mieux. Nous n’envisageons pas de retour dans le circuit scolaire, mais, j’ai pour principe de ne jamais jurer de rien, rien n’est impossible, rien n’est figé.

Publicités

En ce 1er jour de l’année

L’année s’est achevée, une nouvelle commence même si bon, y a rien de vraiment fini, on reprend à peu près tous le boulot après les fêtes, la routine reprend sa place, c’est pas comme si on franchissait une barrière dans l’espace temps. Mais quand même, ça donne l’impression, même fugace, de clore un chapitre et de se donner le droit d’espérer des choses nouvelles.

Nous sommes donc dans la période des bonnes résolutions, tu sais, ces fameuses résolutions qui sont oubliées dès le 10 janvier. Et bien pour ma part, je n’en ai jamais fait. Ca fait nul dit comme ça, mais franchement, balancer des promesses et ne pas les tenir, je déteste ça. Alors, plutôt que d’annoncer des trucs que je sais déjà ne pas pouvoir tenir, je préfère faire un bilan de l’année écoulée et, envisager ce que l’année prochaine pourrait m’apporter, qui sait!

Du côté du négatif:
– un frère dépressif, occupant mon esprit au quotidien.
– un père en plein divorce avec une future ex-femme insupportablement destructrice.
– une mère en relation amoureuse tendue, qui commence à être fatiguée physiquement et mentalement par le dit frère sus cité.
– un sommeil en berne depuis que les couchers de la Globule sont devenues périlleux
– un boulot qui me stimule moins qu’avant

Du côté du positif:
– de beaux séjours avec la belle famille
– une relation amoureuse avec mon homme toujours aussi forte et passionnée
– mon fils qui grandit et m’épate de jour en jour et qui a fait des progrès de ouf cette année
– un boulot confortable, aux horaires, congés, collègues et chef assez cools
– une maison, un quartier agréable, un cocon confortable
– quelques dépassements d’angoisses
– le lancement de ce blog avec une sélection famille Hellocoton dès le 2ème article (!)

Ce que pourrait me réserver 2015:
– la fin des soucis du frangin? j’avoue ne pas y croire
– l’avancement dans la déco de mon intérieur
– un jardin encore mieux aménagé et fleuri
– l’entrée en maternelle de la Globule (rien que de l’écrire, je me fais dessus)
– un nouveau projet, tout neuf, et unique
– des vacances à l’étranger

neige2

 

En attendant de découvrir ce que 2015 nous réserve, je vous la souhaite remplie de fous rires!!
Parce que lorsqu’on rit à s’en faire pisser dessus, c’est, je crois les moments les plus agréables qu’on puisse ressentir pour le corps et le psyché (bon y a ça et les orgasmes, cela va de soi, mais je me vois pas vous souhaiter un maximum d’orgasmes dans l’année, quoique :p )