C’était pas mieux avant

C’est un truc que je pensais avant. Avant, je pensais que c’était mieux avant.
Tu noteras que le terme « avant » est d’un flou intersidéral.

On pourrait croire qu' »avant » c’était il y a très longtemps, jadis, naguère, ou plus précisément il y a plusieurs siècles. Est ce que ces temps là étaient mieux que maintenant?
Entre la mortalité infantile élevée, la peste et autres épidémies, les régimes monarchiques ou le peuple crevait de faim et les guerres de pouvoirs et de conquêtes, ou les croisades et colonies, entre l’esclavage et les pendaisons en place publique comme divertissement du dimanche et la condition féminine atroce où enfanter n’était pas un choix mais plutôt un risque de mourir en couche, et où l’enfant, comme la femme étaient des monnaies pour accéder à plus de pouvoir, je crois qu’on peut dire qu’on n’est pas trop mal aujourd’hui. A la rigueur, le truc positif de cette époque floue et lointaine (tu choisiras toi même la fourchette historique dont je parle) serait peut être l’alimentation non industrialisée, les produits peu transformés et donc l’utilisation très peu répandue des produits de synthèses.
Donc, on peut être d’accord que les gens (probablement un peu aigris dans leur coeur) qui disent que « c’était mieux avant », ne parlent pas de cette époque.

album-2974646_1920.jpg

Ils parlent de quoi, de quand? L’indice qui m’aide à y voir plus clair serait leur tendance à ajouter également « Moi, de mon temps », « Moi, à mon époque ».
Qu’est ce que ça veut dire ça? LEUR époque? Mais, sont ils morts? actuellement, l’époque dans laquelle ils vivent encore n’est pas leur époque? Ils s’y trouvent encore pourtant!
Cela sous entendrait qu’ils estiment que leur vie, ou, en tout cas, l’essentiel de leur vie est terminée.
C’t’intéressant.

D’où vient cette pensée?
J’y vois deux raisons.

La première: ce n’est pas l’époque qui a changé mais leur vision de la vie.
Moi, ce que j’entends dans « c’était mieux avant », c’est qu’avant, lorsqu’ils étaient plus jeunes, enfants ou ados, ces gens avaient un enthousiasme, une joie de vivre, une force de vie qu’ils n’ont plus maintenant. Du coup leurs souvenirs sont remplis d’énergie, de découvertes, d’expériences enrichissantes, tout ce qu’un enfant ou un adolescent ou même un jeune adulte vit grâce à ses yeux pleins de passions et d’enthousiasme. Forcément, lorsqu’on se rappelle nos moments devant nos dessins animés (du club Dorothée pour ma part) ou devant la découverte d’un nouveau jeu vidéo (nintendo pour ma part), d’une nouvelle musique ou devant l’expérience toute nouvelle d’une balade qui nous paraissait fantastique, et bien, forcément, à côté de nos moments bien plus sobres, plus sérieux, plus planplans de nos vies d’adultes bien rangées, responsables et sages, ces derniers nous paraissent bien médiocres. Avant, c’était mieux! Oui, on est d’accord. Pas l’époque, pas les moeurs, pas la culture, non, notre vision si remplie d’enthousiasme était bien plus épanouissante avant, lorsque nous étions plus jeunes! (lorsque la société et la façon d’élever les enfants, n’avait pas encore réussi à écrabouiller notre force de vie, notre élan de découverte, notre enthousiasme (j’utilise beaucoup ce mot, « enthousiasme« , note qu’il représente pour moi tout ce que je cherche à retrouver dans ma vie).

La deuxième: je l’ai découverte dans un article . Il y est décrit (avec différentes études bien sympas à l’appui), que, plus nous côtoyons quelque chose, plus nous y sommes familiers et plus nous y trouverons du positifs.
Je te cite l’article en question pour illustrer l’idée:

« Ce serait ce qui nous est familier – ce qu’explique la théorie de l’effet de la simple exposition de Zajonc. Dans une expérience, le chercheur a présenté à des volontaires 12 mots de 7 lettres sans signification, en leur faisant croire qu’il s’agissait de mots turcs. Les mots étaient diffusés 0, 1, 2, 5, 10 ou 25 fois. Ensuite, les participants devaient évaluer si les mots étaient positifs ou négatifs. Autrement dit : sans connaître la signification des mots, les sujets ont dû leur attribuer un sens positif ou négatif. A priori, rien ne permet d’orienter leurs décisions… Et pourtant : les résultats montrent que les sujets attribuent un sens plus positif aux mots présentés un grand nombre de fois (10 et 25) qu’aux mots présentés rarement (0,1 et 2 fois) ! »

Cela concorde avec l’idée que l’on se fait des choses d’avant, puisque ce sont des choses, des habitudes, etc, que l’on a beaucoup côtoyé, qui nous sont très familières.

Est ce que c’était vraiment mieux avant?

Honnêtement, si on regarde bien, là, dans les faits, si on regarde comment on vivait dans les années 60, ou 70-80. C’était mieux?

Explosion de l’industrialisation: agriculture intensifiée, alimentation industrialisée, mal-bouffe à foison
Utilisation et exposition massive aux produits toxiques: pilules, médocs, antibiotiques à gogo, pesticides, additifs alimentaires, solvants, perturbateurs endocriniens, pétrochimie, polluants (transports, agriculture).
Les enfants des années 80 (dont je fais partis) ont été sous perfusion de sal*peries (Choco BN, Chocapic, Pitch, William Saurin, et toute la compagnie). Nous avons joui de l’explosion des nouvelles technologies citées juste au dessus qui ont facilité la vie des parents, mais, sans savoir que c’était bourré de m*rdes pour la santé. En conséquence, il est prévu une augmentation massive de cancers, maladies auto-immunes, maladies dégénératives dans les prochaines décennies. Plouf, plouf, ce sera toi ou toi ou toi qui n’y échappera pas.
Condition féminine difficile: inégalités, sexisme.
Condition des enfants: les adultes étaient, sans aucune inquiétude, maltraitants. Les professeurs étaient tout puissants et avaient le droit d’user de violences sur les enfants. Plus d’insouciance de la part des parents, ils laissaient plus de liberté aux enfants à l’extérieur (moins de peur qu’aujourd’hui avec le terrorisme, la pédophilie, etc).

Je sais pas c’que tu en penses, mais personnellement y a pas photo. Aujourd’hui, on revient au bio, on a le choix dans les produits que l’on achète, on a accès à des produits naturels, la réglementation devient plus stricte. La condition féminine avance, et celle des enfants aussi. C’est loin d’être un monde fantastique, y a du boulot, mais quand même, y a du mieux.

Il faut s’enlever les peaux de saucissons qu’on a devant les yeux les gars, avant c’était pas mieux. Et puis, tant que t’y es, remets tes yeux d’enfants, et observe le monde actuel, je suis sûre que tu trouveras de quoi nourrir ton enthousiasme retrouvé et ta soif d’expériences, les cailloux, les rivières, les aventures, y en a tout autant qu’avant, je t’assure.

8 réflexions au sujet de « C’était pas mieux avant »

  1. La Nébuleuse

    Je partage ton ressenti et tu l’exprimes bien joliment ! On oublie vite les parts sombres de l' »avant »… J’observe ça aussi quand il est question d’écologie, certaines personnes parlent de la dégradation de l’eau ces dernières décennies par exemple. Mais souvent c’est surtout qu’on a développé entre temps des moyens de mesurer la qualité de l’eau… En réalité les eaux étaient plus polluées dans les années 60-70, et même si on remonte plus loin, systèmes de traitement peu fonctionnels, excréments dans les cours d’eau… En termes sanitaires ce n’est pas si dramatique en France. Et quand on regarde les photos du debut du 20e siècle, c’est dingue de voir à quel point toutes les forêts étaient rasées pour le bois et les pâturages ! Les paysages français bucoliques sont plus récents qu’on ne pense…

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. Cendra Auteur de l’article

      Oui, exact, ton exemple de l’eau est très parlant! Comme le fait d’avoir l’impression que maintenant il y a plus d’autistes, plus de bipolaires, etc, c’est surtout qu’on est meilleur dans la détection de ces syndromes et autres soucis!

      Aimé par 1 personne

      Répondre
  2. MumChérie

    Non, je pense comme toi que ce n’était pas forcément mieux avant. Je crois que lorsque l’on dit ça, on pense à quelques détails que l’on extrapole pour un faire une généralité. Par exemple, avant on mettait du stick fluo sur les lèvres pour skier, c’était mieux avant… Alors que dans l’ensemble, oui, on va vers du mieux !

    Aimé par 1 personne

    Répondre
  3. Douce Lili

    Bonjour,
    Je découvre ton blog au travers d’un groupe Facebook. Et j’en suis ravie.
    Ton article est bien intéressant, merci pour ce partage.
    Je pense que nous avons beaucoup de chance de vivre à notre époque pour diverses raisons 🙂
    Tout ce que tu cites est réel et malheureusement pas tout le monde ne le voit de cet œil là.
    La seule chose que je trouve peut-être plus dur à notre époque, c’est pour nous les femmes. Nous sommes sollicitées de tous les côtés et nous voulons aussi en faire tellement vu que nous avons le droit de tout faire 😉 que nous n’arrêtons pas.
    Qu’en penses-tu ?
    Belle journée, Lili

    J'aime

    Répondre
    1. Cendra Auteur de l’article

      Hello! Je suis assez d’accord avec ton idée. Aujourd’hui, pour être une femme tendance, nous devons être bien apprêtées, nous devons être actives socialement mais, en même temps les idées anciennes sont toujours là (ex: la femme est celle qui entretien sa maison, celle qui assure la gestion du quotidien des enfants, celle qui cuisine et/ou qui chouchoute son homme, etc), et du coup, nous sommes partout et avons accumulés un max de casquettes!

      J'aime

      Répondre
  4. Shetoutcourt

    Entièrement d’accord et puis même ça me fait penser aux gens qui me disent qu’il y a plus de personnes qui sont atteintes d’un cancer et que vraiment ce n’est pas normal: simplement avant on ne le diagnostiquait pas avec autant de précision et on ne faisait pas forcément le lien avec ses facteurs aggravants. Alors certes peut être que certaines choses ont pu accentuer sa présence comme la pollution, mais c’est surtout le progrès scientifique qui a permis de les diagnostiquer plus rapidement, d’où cette impression d’en voir partout…
    (Source: La démocratie des crédules de Gérald Bronner)

    J'aime

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s