D-MER, c’est quoi cette mer**?

Si tu suis un peu le fil alors tu sais que j’ai un bébé que je nomme ici La Granule, peut être même que si t’as fouiné un peu tu sais qu’il a 6 mois. Cela fait donc 6 mois que j’allaite.

Si tu suis bien le fil tu sais aussi peut être que j’ai « perdu » mon père il y a peu, c’était en septembre 2016.

Le lien entre les deux infos? Un truc un peu étrange, un truc qui, je crois s’est déclenché suite au décès de mon père.

Je resitue le bazar: mon père meurt, le chagrin est immense et là, je prends soudainement conscience qu’il se passe quelque chose lorsque je mets la Granule au sein. Dès les premières secondes de la tétée, je ressens une montée brutale et très intense d’émotions négatives.
Pour te décrire le truc plus précisément encore: j’ai mon bébé d’amour au sein, on est tranquille et là, au creux de mon ventre je ressens un pic immense, une boule dure et profonde de désespoir noir et morbide. Le genre de sensation qui te donne l’impression que la vie c’est de la grosse pourriture, que tu n’arriveras à rien, que tout est noir et dégueulasse et ça te donne l’envie de crier « au secours!! aidez moi, je suis perdue, finie, la vie est trop dure!! ». Pour préciser encore, cette sensation se manifeste tout simplement quelques secondes avant une montée de lait. Quelques minutes se passent, la sensation disparait, la tétée se termine, et tu retrouves ton moral et tes petits papillons devant les yeux… Personnellement, ça ne me le fait pas à toutes les tétées, c’est surtout lorsque je suis tranquille à ne rien faire d’autre, ce qui fait quand même un bon nombres de tétées.
Le petit détail supplémentaire dans mon cas, c’est que, durant les tétées j’ai un dégout particulier pour les boissons et la nourriture, je ne peux rien mettre dans ma bouche.

J’en ai parlé à ma psy-la-bonne-fée, et elle m’a immédiatement parlé de ce syndrome bien chelou: la dysphorie associée au réflexe d’éjection de lait (D-MER en anglais).

breast-feeding-1582923_1280

Plusieurs sites en parle, je te mets celui de la Leche League.

Ce n’est pas une dépression post-partum, ni un problème de lien mère-enfant, ni même rien en rapport avec des problèmes psychologiques de la mère, c’est simplement hormonal. La preuve est là: cela se produit aussi lorsque je tire mon lait, ou lorsque mon bébé n’est pas avec moi mais qu’une montée de lait arrive.

Lors d’une tétée, l’ocytocine est excrétée, permettant une production progressive de prolactine, hormone qui permet la lactation. La dopamine étant un inhibiteur de la prolactine, son taux diminue. Dans la plupart des cas, cela ne pose pas de problème, mais lors des D-MER, cette chute de dopamine est trop importante. Et qui dit trop peu de dopamine (hormone qui porte bien son nom puisqu’elle est synonyme d’entrain, de motivation, de bonne humeur), dit angoisse, déprime, apathie, désespoir.

Selon les femmes et le contexte, les émotions négatives sont variables (tristesse, colère, angoisse) et leur intensité aussi.

Quoi faire pour y remédier?
Y a pas grand chose à faire à part en parler à ton médecin/sage femme/psy si cela est trop envahissant. Sinon, ce qui fonctionne pour moi c’est d’être occupée lors des tétées (lire, discuter, regarder la télé, etc).

Dans mon cas, je ne me souviens pas avoir ressenti ça avec mon ainé et, ce qui est étonnant c’est que cela se manifeste uniquement depuis la mort de mon père. Ca a peut être donc été le déclencheur. Il y a un lien fort entre ces moments de grand désespoir et les dernières images de mon père, mourant, qui me regardait allaiter mon fils. Je crois que la D-MER était peut être faible avant sa mort ou latente, mais qu’ensuite, j’ai associé la sensation négative avec les derniers souvenirs douloureux de mon père, ce qui a amplifié le désespoir ressenti. Enfin, c’est comme ça que je le vois.

J’ai voulu écrire et décrire ce syndrome encore peu connu, pour contribuer à informer des mamans allaitantes qui passeraient par ici et qui se demanderaient ce qui leur arrive.

Ne culpabilise pas Supermaman, tu aimes ton mioche, tu aimes allaiter (enfin sans doute, cela te regarde après tout), cette sensation pourrie n’est que passagère et n’est pas de ta faute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s