Un plus un, ça fait l’infini

Avant même de vouloir un enfant, j’ai toujours été fascinée par la biologie, et celle de la fusion de deux êtres est assez spectaculaire. On part de matières organiques, remplies d’énergie, instinctivement attirées l’une à l’autre, on les fusionne et ça crée un nouvel être vivant totalement unique. Unique parce que les variables sont tellement importantes que les combinaisons possibles sont infinies. C’est un truc de dingue, pour moi c’est de la magie pure.

Pourtant, mon esprit sensible à cette magie, est resté assez basique sur la question qui concernait mon homme et moi.

Lorsque j’étais enceinte de la Globule, j’ai assez rapidement imaginé ce que la fusion de moi et mon homme pourrait donner. La bouille de mon bébé, sa peau claire, ses cheveux, ses grosses joues. Sans connaître son sexe, je l’imaginais malgré tout de façon presque très précise.

A sa naissance, il était comme je l’avais pensé. C’était simple, mathématique et logique: Moi + Mon homme = La Globule

Voilà, l’équation était résolue, j’étais pleinement « satisfaite » de la réponse, et mon fils remplissait donc le cahier des charges.

Assez simplette la réponse que je donnais à cette équation hein, et surtout fausse, mais tout de même j’avais comme l’impression que c’était bouclé, ça me convenait, ça débordait pas, ça correspondait, c’était bon et rassurant quelque part.

mm

Et pourtant, pourtant! Aujourd’hui, je réalise que je porte en moi une autre réponse, tout aussi logique et mathématique. Ca fait drôle.

J’ai du mal à me dire qu’un autre mélange de nous deux peut être autre que la Globule.

Alors, du coup, pour ce bébé que je porte, et bien, je ne l’imagine pas, et c’est très bien ainsi! Comme mon fils a répondu à l’équation en étant comme je l’imaginais, et bien, l’avantage, je crois, c’est que pour cette deuxième merveille, je lui laisse carte blanche! Je lui laisse tout son espace pour être celui qu’il est, page blanche, table rase. Vas y mon bébé, sois toi épicétout.

Peut être que mon deuxième bébé ressemblera beaucoup à son grand frère, mais il est possible qu’il soit totalement différent, brun, blond, pâle, mate, rien à faire je n’ai aucune image qui se dessine dans mon esprit car je sais que tout est possible. Lorsque je me projette dans quelques mois, avec mon petit amour dans les bras, je vois mon visage mais pas le sien, c’est une liberté totale qu’il lui est possible finalement.

Je sais qu’il y a de tout chez les parents. Certains imaginent LE bébé, parfaitement distinct dans leur esprit, avec des détails assez concrets, et finalement, à la naissance, il peut se passer un choc, ou pas, bien sûr. Et d’autres qui ne s’attendent à rien de précis, qui ne se font aucune image de leur bébé.
Je peux dire maintenant que j’ai connu les deux façons de voir!

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Un plus un, ça fait l’infini »

  1. Céline Dehors

    Tu parles ici de quelque chose qui m’effraie. L’autre enfant, il sera comment ? Avec la petite loutre, je n’ai pas été surprise. Elle était/est comme je l’imaginais. Je la connais depuis longtemps, ce n’est pas une inconnue, même du tout départ, c’est une vieille connaissance que je retrouve.
    Mais si j’ai un autre enfant ? Est-ce que je serai capable d’accepter de ne rien savoir de lui ?
    Tu sembles y arriver avec brio ! Ca me fait plaisir de voir un enfant à qui on laisse tant de liberté déjà. 🙂

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s