Alors j’aurais eu tord, la société civilisée n’est qu’un brouillon?

Avertissement: si tu veux pas te prendre le chou avec un article un peu chiant sur les questions existentielles et la condition humaine, zappe zappe zappe.

Ca faisait un bail que j’étais pas dans ce genre de mouvance, depuis plusieurs années, les questions existentielles n’étaient plus d’actualité dans ma tête. Mais depuis quelques temps, y a du mouvement là haut, je réalise certaines choses sur notre espèce. Plus encore, maintenant que j’ai fait rentrer dans les rangs de l’école la chair de ma chair, j’ai des tas de fourmillements au cerveau.

Ca m’a fait revenir en arrière, sur ma vision première de l’Homme, de sa civilisation, de tout ce qu’il a glandé depuis sa venue sur Terre.

Je vais te dire un genre de secret un peu bête: depuis toute petite, j’ai toujours imaginé que les administrations, institutions et tout autre forme d’entreprise étaient gérées au poil. Quand je dis au poil j’entends par là que j’imaginais tout un système d’humains robotisés, qui manœuvraient de façon parfaite, automatique, un système dans lequel les écarts n’étaient pas tolérés, que chaque cas, même les plus rares ou les plus particuliers avaient une procédure à suivre, sans aucune dérogation possible.

Quand je postais ma petite lettre en la déposant dans cette fente si mystérieuse, j’imaginais là bas derrière, de l’autre côté, un monde d’ordinateurs et d’être humains parfaits qui obéissaient sans vraiment réfléchir à des procédures standardisées. Alors, je prenais toujours soin d’écrire correctement l’adresse, de la placer à l’endroit exact sur l’enveloppe et de ne jamais dépasser des cases préinscrites du code postal, persuadée que l’ordinateur de la poste refuserait ma lettre.
Il y a quelques semaines, j’ai vu la postière au guichet, un peu brute, très familière, de celle qui rigole fort. Elle a pris le colis que je souhaitais expédier, et a gribouillé mon adresse. Fait on cela dans un monde parfait ? les institutions gribouillent.

J’ai cru longtemps en la surpuissance de l’Humain, en son intelligence et surtout en sa rapidité d’évolution.

Et oui, alors, ce n’est que récemment, du haut de ma trentaine que j’ai réalisé ma naïveté. Qu’est ce que c’est que cette civilisation bâtarde? brouillonne? L’Humain est mauvais. Non, pas mauvais comme le grand méchant loup. Quand je dis mauvais j’entends pas là qu’il n’est pas bon, et, j’entends par là précisément qu’il n’est pas doué, médiocre, qu’il craint, que c’est un gros nul, plus proche de l’imperfection que de son antagoniste. J’exagère? moui, peut être, mais je crois que je le pense vraiment.

Mon idée préconçue, il me semble que je l’ai fabriquée à partir d’une autre idée encore: si l’Homme s’est écarté des sentiers de l’évolution, s’il est parti en flèche dans l’ascension fulgurante de ses capacités cérébrales, c’était forcément pour atteindre un niveau intellectuel de perfection, sinon à quoi bon rester au milieu du chemin? Peut être que je suis née quelques millénaires trop tôt… Je croyais que l’Homme savait tout, tout, qu’il comprenait tout, tout, tout, et qu’il pouvait tout faire et surtout tout expliquer. Je nous croyais Maîtres, sans lacune, capable de TOUT et possesseur de vérités. Malheur! l’Homme ne sait rien du tout, et même ce qu’il croit savoir, il est sans aucun doute à côté de ses pompes.existence22

Il se croit possesseur du savoir, et cherche à imposer sa vision comme étant la vérité établie. L’exemple des occidentaux est assez révélateur: « allons donc offrir la démocratie à ces pauvres sous-hommes qui souffrent sous la dictature » « allons vite construire des écoles pour ces pauvres enfants qui ne savent pas lire » « offrons la médecine, l’industrie, le capital à ses pays qui sont si arriérés ». Sauf que nous sommes les plus gros consommateurs d’anti-dépresseurs, que les stars les plus riches et les plus adulées se tuent par overdose, qu’avoir du pouvoir nous fait perdre tous nos proches et nous fait mourir seul. Enfin, je « généralise » comme je sais si bien le faire, comme tout bon être humain. Nous généralisons tous, sans aucune exception, notre cerveau est fait pour ça, il faut ranger et catégoriser, alors ne nous offusquons pas d’une généralisation A tandis que nous le faisons sur un autre sujet B.

Il a des lacunes incommensurables dans une majorité de domaines. On ne connait rien à notre propre cerveau (l’exemple des enfants que l’on dresse croyant que leur cerveau est comme celui des adultes, ou encore les malades mentaux que l’on dresse également ne sachant pas que le déficit cérébral est pourtant bien concret), nous ne sommes même pas capables de mesurer l’impact de notre présence sur notre sol (merci destruction d’écosystèmes et d’espèces, merci bisphénol, merci ondes électromagnétiques, etc), et on ne sait toujours pas ce qui nage dans les profondeurs de la planète. Trois des quatre dernières fois où je suis allée voir mon médecin, je n’ai jamais su ce que j’avais « oh, peut être une allergie, ou un pitit virus, mmmh c’est transitoire », alors qu’auparavant j’aurais été sidérée que les médecins, possesseurs du Savoir ne soient pas capables de poser un diagnostic, finalement c’est si banal. Vous pourriez me dire que je suis dans l’excès, parce que l’Homme est pourtant extrêmement créatif, capable d’inventer des puces plus petites que ne peut identifier la perception de son œil, et des fusées qui foncent au fond de l’espace. C’est vrai, il est époustouflant. Pourtant son savoir et sa créativité sont toujours uniquement tournés vers le présent. Jamais il ne se sert du passé pour concevoir le futur, et jamais il n’envisage le futur pour organiser le présent. Ou alors si mal.

Il ne sait pas prendre sagesse de son passé. Les mœurs, les vérités subjectives sont pourtant toujours liées uniquement à un instant T. Jadis, les pendaisons au centre du village étaient un moment de divertissement appréciés par la majorité. Aujourd’hui, cela nous ferait vomir. Naguère, l’esclavage était admis de façon tout aussi normal que de mettre un slip le matin. Aujourd’hui on juge cela comme une abjection inqualifiable. Les hommes d’antan se mariaient avec leur sœur ou leur cousine, aujourd’hui c’est puni par la loi. « rha mais les hommes étaient ignobles, comment pouvaient il faire ça? ». Ne jugeons pas des personnes qui n’ont pas vécu ici et maintenant, car nous aussi nous serons jugés dans quelques siècles sur des choses qui sont encore si banales.

N’oublions pas ça. Ce que l’on considère comme vérité, ne l’est que parce qu’on nous a appris a l’admettre, souvent depuis notre naissance.

N’oublions pas ça. Si par le passé, nous avons réalisé que des choses étaient finalement inacceptables, alors, regardez nos mœurs en pensant à ça: ce que l’on croit être bon, ne l’est peut être pas finalement. Frapper et punir son enfant, voilà un exemple. Dans quelques siècles, j’ai espoir que l’on repense à notre époque en se disant « rha mais les gens étaient fous, ils frappaient leurs gosses, comme s’ils les dressaient, c’est fou ça« . Et l’exemple de l’animal asservi, utilisé comme produit industriel, dans quelques millénaires, j’ai également l’espoir fou que les gens soient, un jour, outrés par un tel irrespect inter-espèces.

Tu vois, avec tout ça j’en viens même à me dire que l’Homme réfléchit pour rien. Tu vois, je dis ça et qu’est ce que je fais depuis tout à l’heure? Malgré la forte intuition que tout ça n’est que foutaises, je réfléchis. Notre cerveau est fait pour ça, même les grands moines Shaolin en pleine méditation profonde ont leur cerveau qui part en réflexion, et le ramène au calme. On s’entretue par conviction, tous persuadés d’avoir raison. La raison n’a que dalle avoir avec la vérité, qui, elle même n’a que dalle avoir avec l’Homme.

Au final, l’idée que je me faisais des institutions me fait penser que Je donne sans doute trop d’importance à l’intellect. Voilà, c’est, je crois, ce que j’ai découvert. L’image que je me faisais de l’Humain m’a montré à quel point, j’étais convaincue que la perfection était synonyme d’intelligence suprême. L’Homme aurait pu choisir mille autres chemins d’évolution, c’est débile d’avoir choisi celui là, celui là même qui nous a amenés ici et là. C’est mauvais. Nous sommes arrivés à un point de développement civil qui s’avance en fourchette. Il va falloir choisir quelle bifurcation nous prendrons. Plus d’une nous mènera au gouffre, et si peu nous mèneront au nirvana. Suspense.

Alors, j’ai compris autre chose, la perfection est surtout émotionnelle, avant d’être incarnée. On ne pourra jamais la toucher, ni l’observer, la perfection n’est pas faite Homme, puisque l’Homme a cassé sa machine à émotions et n’est plus capable d’atteindre un certain niveau d’extase. J’écris comme ça vient, je ne sais même pas où tout ça me mène… J’ai tant de choses à dire à l’Humain. « Tu ne seras jamais parfais, tu n’auras jamais Raison, ni Sens, ni Savoir, ni Vérité. Ton intelligence est vaine, elle n’est que le serviteur d’un feu follet. Oublie un peu tes capacités de réflexion et développe plutôt tes capacités émotinnelles« .

——-

Mon très cher compatriote (il est un peu à ch*er ce mot), on a tous les deux des points communs, dont celui d’être exceptionnel (si je te le dis), alors un jour, dans 10 ou 15 réincarnations, peut être qu’on déjeunera tous les deux, un sirop de constellation dans les mains, on se promènera au milieu des dernières vaches sauvages, puis on enverra nos enfants courir sur un chemin d’herbe bleue, là où, un peu plus loin, nous attendra toute l’humanité qui nous offrira des gâteaux de gelée rose gratuits, et, un sourire aux lèvres on se serra fort chacun dans les bras, pour laisser l’ocytocine nous envahir comme le préconisera l’ordonnance de tous les médecins de ce temps là.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Alors j’aurais eu tord, la société civilisée n’est qu’un brouillon? »

  1. Céline

    Contrairement à toi, j’ai tout de suite vu l’imperfection chez l’administration et encore, contrairement à toi, j’y vois plutôt le bon de l’être humain : non, tout n’est pas parfait, tout n’est pas pensé, il reste du chemin à parcourir et même les administrations n’ont pas peur de s’y confronter ! Tu vois, j’aime le fait qu’on puisse mal remplir l’adresse sur l’enveloppe, qu’on puisse envoyer un dossier incomplet et que, même si une petite phrase veut nous faire croire le contraire, ça fonctionne très bien. Parce qu’il y a un humain derrière, justement. Un humain qui réfléchie, qui pense et qui éprouve.

    Mais je suis bien d’accord avec toi, nous nous trouvons devant une fourchette et le chemin que l’on va prendre sera probablement bien différent de celui que l’humain a suivi ces derniers temps. C’est comme si on avait rajouté un pic perpendiculaire au manche de la fourchette. C’est ce petit pic un peu bizarre que je vois pour l’humain dans les centaines d’années qui vont venir. Enfin, j’espère.

    J'aime

    Répondre
    1. Cendra Auteur de l’article

      Ma recherche de perfection est parfois embêtante. J’ai pris conscience maintenant, mais il est vrai que, selon moi, un système parfait est un système sans faille, autant dire que ça n’existe pas. Le fait qu’il y ait des humains derrière me donne parfois l’impression que, du coup, on est face au hasard, les réactions sont si mouvantes, si contexte-dépendantes, un jour la caissière acceptera une réduction, un jour non, devant un jeune homme fringant certains seront d’une grande tendresse, quand, face à d’autres profiles, ils seront intransigeants. Là, nait l’injustice.
      Mais, j’ai d’autres points de vue qui naissent, comme je le décris dans l’article, l’émotion humaine le sauve! Je commence doucement à ressentir de la tendresse pour notre espèce, une empathie puissante, et j’apprécie de plus en plus ses faiblesses, parce qu’elles font de lui un être sensible. J’ai compris que, tout le monde souffre, tout le monde pleure, tout le monde aime. Je m’ouvre, c’est un travail intense pour moi ce qui se passe!
      Bises Céline (je suis en plein dans ton livre en ce moment ❤ )

      J'aime

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s