Education: être bienveillant, est-ce être laxiste?

Pas facile, être parent c’est le bordel. Parce que, quelque soit le chemin que tu auras choisi pour élever ton enfant, tu seras jugé et mal jugé.

-Si tu as décidé d’éduquer ton môme en le mettant 17h par jour dans un placard, bah là, faut être honnête tu vas passer pour un sal*ud, pas grand monde qui va adhérer à ta méthode. Fort heureusement.

-Quand on souhaite continuer dans l’éducation traditionnelle, là, tu as des chances de tomber sur une majorité de gens qui vont te suivre, vas y Germaine, raconte nous la dernière punition, je te raconterai la mienne. Mais tout de même, tu vas te heurter aux bobo-écolo-bienveillants qui, malgré leur bienveillance, vont peut être te faire te sentir mal, peut être même que tu te sentiras « mauvais » à leurs yeux, mal jugé. Tu sentiras peut être même le besoin de mépriser leur façon de voir, pensant être méprisé en retour.

-Quant tu choisi de te tourner vers la parentalité positive, là mon p’tit bonhomme accroche bien tes noyaux va falloir la jouer finot et discretos, sinon prends ta pelle, ta pioche et ton casque, tu peux facilement en recevoir plein l’oignon.

« La bienveillance? le truc de bobo, c’est les nouveaux parents qui laissent leur mômes grimper sur les toits et écrire sur leur canapé » « des gros laxistes, leurs gosses seront mal dressés éduqués » « c’est qui qui commande, tu vois pas qu’il va te bouffer? » « faut arrêter avec cette mode pourrie de la bienveillance, j’ai été puni j’en suis pas mort » « vous êtes dans un autre monde, ici il faut élever par l’autorité sinon vous en ferez des enfants rois pourris gâtés »

J’ai échantillonné comme tu peux t’en douter, parce que j’en reçois un paquet d’autres du genre. Tu l’auras deviné, je fais donc partie de la dernière catégorie.

Derrière ces jugements hâtifs, non réfléchis, moi ce que j’entends souvent c’est « nan mais faut pas déconner, moi et les autres on nous a éduqué à la fermer et à obéir, donc je ne vois pas pourquoi ton môme aurait le droit à ce que je n’ai pas eu. »
Il y a également une peur, peur qu’être empathique avec un enfant le rendra/laissera mauvais. Est ce dire que l’humain, dès sa naissance est « mauvais » et qu’il faut donc le dresser? A chaque point de vue sur cette question sera sans doute lié un choix d’éducation.

mf

Je reviens à mes moutons. Être bienveillant et positif est-ce synonyme d’être laxiste?

Tu te doutes que la réponse est: « évidemment que non mon p’tit bonhomme ». Non.

J’ai des principes et mon fils a des limites. La bienveillance ne dit pas « laissez vadrouiller vos mômes et faites tomber TOUS les interdits ». Faut pas déconner, c’est pas un enfant de 3 ans qui saura de lui même que sauter par la fenêtre ça fait bobo, ou que manger 15 gâteaux au chocolat peut engendrer une crise de foie. Mon fils est intelligent mais tout de même.

La bienveillance c’est: poser des limites mais accepter que ça ne plaise pas forcément à l’enfant et que donc, comme tout être vivant il va le manifester. Accueillir la colère avec empathie parce que l’enfant n’est pas capable de gérer ce tsunami de catécholamines et de cortisol dans son cerveau immature. C’est pas bien plus compliqué finalement (sur la théorie, on est d’accord parce qu’en pratique c’est un peu plus la galère).

La positivité c’est également lâcher prise et ne pas rester borner sur un « c’est non, parce que c’est comme ça, c’est moi qui décide, donc c’est non et puis non ». Il y a des interdits non fondés qui créent des crises superflues. Quand l’enfant refuse de mettre la foutue paire de chaussettes grises que VOUS avez choisi, la Terre ne va pas exploser si vous changer d’avis et l’enfant ne va pas devenir un tyran imbu de lui même, au contraire il verra qu’on a le droit de changer d’avis et d’assumer ses erreurs. S’il n’y a pas de raison définie à ce choix de chaussettes grises, est ce nécessaire de subir une « crise » juste pour une histoire de couleur? Si c’est votre trip de vivre un max de crises infantiles, pourquoi pas. Bien sûr, si cela est justifié, il suffit de donner la raison et d’accueillir la contrariété « je vois bien que tu veux une autre couleur, mais là il fait froid, et tu n’as que ces chaussettes grises qui sont assez épaisses »  « ouiiiiiin, naaaaaaaaan!!!! »  « si tu veux aller dehors, il te faudra ces chaussettes là, sinon, je ne peux pas te laisser sortir », et on attend que la crise s’envole, en restant calme (c’est pas facile) et empathique. C’est long, c’est chiant, mais y a un moment où ça passe. Après ça, il les mettra ces satanés chaussettes.

La bienveillance c’est également être prêt à répéter une consigne 34 fois s’il le faut parce que, selon l’âge de l’enfant, la mobilisation de sa mémoire et des instructions est carrément moins au point que nous. La plupart du temps un enfant ne fait pas exprès de refaire ce qu’il ne doit pas faire, il ne sait simplement pas mobiliser sa mémoire pour récupérer l’instruction donnée précédemment.

Et enfin, la bienveillance c’est l’être aussi avec nous même! SI j’ai envie de râler, je râle, si je ne suis pas contente, je le dis expressément. S’il est considéré bon pour l’enfant d’évacuer toutes ses émotions, cela est donc logiquement justifié aussi pour l’adulte. On retient trop de choses en nous depuis bien trop de temps. L’enfant a tout compris, c’est lui qui possède un système de soupape encore « intact », nous on a très rapidement appris à ne pas faire de vague et donc à refouler tout au fond. Faut gueuler, pleurer, râler! Sortez tout! On évite simplement d’évacuer nos émotions négatives sur notre enfant, il n’est pas le coupable, ne le ciblons pas!

La bienveillance ne prône pas le laxisme. On ne laisse pas un enfant faire « n’importe quoi ». Un enfant a besoin de l’expérience de ses parents, il a besoin de les sentir sûrs d’eux,de leurs principes et de leurs limites. C’est confortable et sécurisant pour un enfant de se dire que « mes parents ne me laisseront pas faire des choses dangereuses ou mauvaises pour moi, j’ai confiance en leurs limites et en leurs positions« .

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « Education: être bienveillant, est-ce être laxiste? »

  1. Céline

    J’aime cette définition de l’éducation bienveillante ! Pour le moment, je n’encaisse pas trop de remarques sur l’éducation (bienveillante) que j’offre à ma fille alors je n’éprouve pas vraiment le besoin d’expliquer. Ton article condense très bien ce que je devrais dire si un jour j’ai des remarques et des questions.

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. Cendra Auteur de l’article

      L’essentiel des remarques je reçois vient de mes proches, puisque plus on est proche, plus on se permet de dire ce qu’on pense, du coup je leur réponds aussi! Il y a aussi l’image de la bienveillance que je vois parfois sur le net, une image faussée, mais tout concept a ses détracteurs, c’est normal, plus encore sur le sujet de l’éducation qui reste selon moi, dans le triplet gagnant des sujets « à emmerdes », religion-politique-éducation 🙂

      J'aime

      Répondre
  2. Maman Plume

    Je fais déjà face à quelques remarques alors que je n’ai pas encore bien précisé la façon dont je vois la façon d’éduquer ma fille… Je redoute légèrement ce jour où je devrais dire « non je ne veux pas qu’on parle comme ça à ma fille »…
    Dur pour nous, adultes, de s’exprimer librement sur nos ressentis quand on nous a appris à tout contenir.

    Aimé par 1 personne

    Répondre
  3. La Famille Ours

    Merci pour cet article bien senti ! C’est vrai qu’en choisissant la bienveillance, on a l’air, aux yeux des « traditionnalistes », de céder à la facilité… Personnellement j’ai tenu bon face aux critiques mais j’ai toujours été irritée que les gens désapprouvent de me voir prendre dans les bras ma fille de moins de six mois quand elle pleurait…

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. Cendra Auteur de l’article

      Encore récemment, j’entendais « oui t’as raison, tu vas pas le prendre dans tes bras, faudrait pas commencer à lui donner de mauvaises habitudes ». Le bébé avait 2 mois… Si avoir des câlins, des mamours et de la tendresse maternelle c’est avoir de « mauvaises habitudes », je crois que c’est les meilleures mauvaises habitudes que je souhaite à chacun!

      Aimé par 1 personne

      Répondre
  4. Ping : La parentalité positive, comment l’expliquer ? | Famille Plume

  5. Claire

    J’aime beaucoup ton article! Tu as très bien expliqué, je trouve, ce qu’est l’éducation bienveillante! Des remarques, on en aura toujours! Mes proches, maintenant que la 2e est née n’osent plus me faire de remarques, au contraire, j’ai l’impression de les avoir convaincue! Et les autres, je les emm…. 😉

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s