Premier enfant: mes trois grands regrets

Je te le disais précédemment (ici), pour le premier enfant nous faisons des erreurs, et nous avons des regrets. Pour les suivants aussi, mais nous n’en sommes pas là, je me penche d’abord sur mon premier môme, ma première « expérience de maman », chaque chose en son temps!

Aujourd’hui, j’ai de la rancœur, des regrets, de la colère et de la frustration. Je m’en veux, et j’en veux aux autres. C’est pas très positif tout ça, j’sais bien, mais le positif c’est que tout ça m’aura appris et m’aura servi de leçon.

Mes trois plus grands regrets pour ma grossesse et l’arrivée de la Globule:

1 – Durant la grossesse, nous avons eu de gros soucis familiaux. Mon frère n’allait pas bien du tout, les tensions étaient assez énormes, je ne me sentais pas bien au milieu de tout ça, impuissante et en colère. Pour faire court, entre mon frère et moi c’est un peu l’eau et le feu, je l’aime de tout mon coeur mais nous n’avons jamais appris à le dire. Mais je suis en colère aussi, de le voir gâcher sa vie et son potentiel, alors il y a très souvent des clashs entre nous. Toute ma grossesse a donc été rythmée par de l’angoisse permanente, un stress continue, la peur d’apprendre encore de mauvaises nouvelles, etc.
Et, par dessus tout ça, aux alentours de mes 5 mois de grossesse je crois, un jour de crise fraternel, et la dispute a éclaté. Dans notre famille, lorsque ça éclate, et là le mot est bien choisi, des choses se cassent, des hurlements intenses envahissent l’espace. J’ai hurlé, crié, si fort, si intensément, que quelques contractions sont apparues à la fin de la dispute (je n’étais pas du tout sujette aux contractions pourtant). J’étais dans un état de nerfs si fort, que je le regrette tout aussi fort aujourd’hui. Je m’en veux de m’être emportée si haut, si loin. J’ai la certitude que mon fils a ressenti tout ça, les hormones du stress, les contractions, les cris si forts de sa maman. J’en suis persuadée. D’ailleurs, mon fils a su hurler si fort dès sa naissance (j’en parlais par ici) que je me suis très vite dis: le niveau maximum de son qu’il a entendu dans mon ventre était si élevé que, pour lui, hurler si fort est devenu « normal » ou « acceptable ».

poing

2- Mon deuxième grand regret s’est produit pour sa naissance. L’accouchement fut ce qu’il y a de plus classique et médicalisé. Un oxymètre, un monitoring, un cathéter, des étriers, une péridurale. A la fin du travail, mon fils était fatigué, la sage femme soupçonnait même un cordon autour du cou. Elle m’a alors dit de ne pas m’inquiéter, mais qu’à sa naissance, il ne crierait peut être pas tout de suite, et qu’il faudra pousser efficacement. Ma gynéco a du intervenir et appuyer sur mon ventre pour l’aider à sortir. On me l’a posé sur ma poitrine, durant 1 minute, il n’a pas crié, et puis on me l’a repris. Ils devaient s’assurer qu’il allait bien. Heureusement, son cordon n’était pas autour du cou finalement et il s’est mis à crier juste en sortant de la pièce. Mais, on ne me l’a pas redonné, la puéricultrice lui a fait le bain, le lavage, l’habillage, etc, immédiatement dans la foulée. Je le regrette profondément. T’imagines toi, tu sors de ton lit moelleux et chaud, là où tu étais en sécurité, et on t’y arrache en te foutant de la flotte sur la tronche, un tuyau dans le nez, tu te pelles les noix, puis on te retourne comme un steak pour t’habiller, si c’est pas traumatisant ça! J’en suis persuadée! Depuis sa naissance, la Globule a horreur d’être manipulé, touché et serré. Il ne supporte pas, il se sent oppressé. J’ai la conviction que sa naissance y est pour quelque chose. Hors de question que je laisse reproduire ça. Si la santé n’est pas mise en jeu, je veux que mon bébé me soit laissé, nu, sale et au chaud sur ma poitrine, le reste ne presse pas, ce n’est pas vital, alors que son besoin de sécurité affective si fragile, lui, l’est. Peau à peau obligatoire donc.

3- Mon troisième très grand regret: après mon accouchement, on a récupéré mon fils pour lui faire passer sa première nuit en pouponnière. Je n’ai rien dit sur le moment, d’ailleurs j’estimais que c’était mieux comme ça, pour que je me repose. La nuit suivante, je l’ai à nouveau laissé en pouponnière, toujours dans l’esprit que je pourrai me reposer. Aujourd’hui, je le regrette de tout mon cœur. J’ai été égoïste. Tout ça était dû à mon ignorance et ma peur de ne pas savoir m’y prendre. Les nuits suivantes, j’étais près de lui. Un nouveau né, laissé seul, dans l’inconnu, sans sa mère, c’est atroce pour sa sécurité affective. Il a du se sentir abandonné, perdu et désespéré. Pas pour rien qu’il a pleuré toute la nuit et que je l’ai retrouvé avec une tétine. Je m’en veux, et, cela aussi a, sans conteste, eu une influence sur la suite. La Globule, est un vrai pot de colle, une glue, en fait il est comme ma deuxième ombre. Lorsqu’il ne nous sent pas tout près de lui, on le voit entrer dans un désespoir immense. Cette peur de l’abandon ne l’a jamais quitté depuis sa naissance, ni même quelques heures. Je ne ferai plus jamais ça. Je ne laisserai plus jamais mon fils seul dans son chagrin. Pour un prochain accouchement, en plus du peau  à peau, les premières nuits et les suivantes se feront auprès de moi!

Et puis il y a le reste aussi:

– Ne pas avoir fait plus de trucs zen, yoga, sophro, haptonomie, etc, durant ma grossesse
– Ne pas avoir tenté de tenir plus longtemps sans péridurale
– Ne pas avoir demandé d’être libre de mouvements durant le travail
– Ne pas avoir « su » mieux pousser ou en tout cas plus efficacement
– Avoir écouter les autres me conseillant de le laisser pleurer et donc l’avoir laissé pleurer quelques longs moments.
– Avoir tenté les « punitions » et avoir vu son désespoir et sa peur de n’être plus aimé.
– Les cris que je ne retiens pas parfois lorsque mon fils ne dort pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s