Les beaux conseils

On devient parent, et, à ce moment là, on franchit une barrière, on se retrouve dans le monde d’à côté, on rejoint les autres parents et on SAIT. Avant, on ne sait pas, on est à des années lumières d’imaginer comprendre ne serait ce qu’un tantinet, ce que c’est d’avoir un enfant. J’avais cette conscience là, avant. Je savais que je n’étais pas concernée, et qu’il ne m’était pas donné le droit de juger ou de donner des conseils, ça me paraissait évident que ma parole de nullipare n’était pas légitime. Tu m’étonnes! sérieux, tu te vois donner des conseils à un unijambiste quand toi t’en as deux?

Mais, c’est assez effarant de voir comme le sujet de l’éducation est toujours très brûlant pour tout le monde, même pour les non-parents, SURTOUT pour les non-parents d’ailleurs. C’est un peu comme si les enfants n’appartenaient pas qu’à leurs parents, mais aussi aux autres, à la société. Tu vois, ils sont l’avenir de toute l’humanité, alors oui je peux comprendre que tout un chacun se soucis de savoir si les enfants sont bien éduqués pour devenir des adultes bien-pensant, intégrés aux autres, et idéalement malléables, uniformes, dociles, ni gros, ni moches si possibles et intelligents mais pas trop.

Avant d’avoir mon fils, je ne me suis jamais permise de donner des conseils. Maintenant que je suis mère, je ne me permets toujours pas d’en donner, je me contente de faire part de mon expérience unique avec mon fils, unique lui aussi.

C’est un peu un coup de gueule que je viens déposer ici, j’en ai eu pleins le dos des conseils en carton de ceux que j’ai côtoyé et côtoie toujours!

Si tu as lu un de mes articles précédents, alors tu sais que mon fils a énormément pleuré durant ses premiers mois. Nous étions donc la cible idéale! Encore aujourd’hui les conseils perdurent…
–   Il y a les conseils des anciennes générations, ces personnes qui n’ont pas remarqué que le monde a évolué et surtout que les recommandations officielles ne sont plus du tout les même. « mais c’est normal qu’il ne dorme pas, il doit dormir sur le ventre » « laisse le pleurer, il doit faire ses poumons » « bah, il a 3 mois, t’as pas commencé la diversification? ».
–   Il y a les conseils des autres parents bien sûr, qui estiment que tu n’es qu’une débutante et que, par leur expérience, ils savent d’ambler ce qui est bon pour ton enfant. « mais non, il n’a pas froid, enlève lui son gilet » « mais tu sais, tu peux le laisser courir, c’est pas grave s’il tombe » « aahh, il doit avoir faim ».
–   Et puis il y a les conseils des nullipares: « mais faut pas céder, faut être ferme, punis le » « il mange trop là, il va être gros » « laisse le pleurer, sérieux, t’as pas que ça à faire ».

IMG_75171

Je me souviens des premiers mois durant lesquels nous étions perdus, complètement noyés au milieu de ces centaines de conseils, plus contradictoires les uns que les autres que ce soit de la part de l’entourage tout comme de la part des professionnels!
« donne lui le sein à la demande  » « donne lui le sein toutes les 3h »
« ne tire pas ton lait, sinon tu n’en auras plus » « tire ton lait, ça va stimuler ta lactation »
« laisse le pleurer » « ne le laisse surtout pas pleurer! »
« évite le biberon pendant l’allaitement, il ne voudra plus prendre le sein » « donne des biberons en alternance, pour qu’il s’y habitue le plus vite possible »
« donne lui la sucette, c’est mieux que le pouce » « pas de sucette surtout, c’est nocif »
« couvre le bien » « ne le couvre pas trop »
« etc »

Nous avons testé tellement de choses, nous avons tâtonné, beaucoup. Il a fallut du temps pour se positionner. Aujourd’hui, les conseils je m’assoie dessus. Maintenant nos principes d’éducation sont assez bien établis, alors, quand on me donne un conseil, soit je réponds gentillement que je connais mon fils et que je sais ce qu’il lui faut, soit j’écoute en silence sans répondre.

Je ne comprendrais jamais ce besoin constant de donner des conseils, plus pourris les uns que les autres, de la part de personnes qui ne sont pour la plupart même pas parents, ou qui, de toute manière ne connaissent pas mon fils. Le pire pour moi, ce sont les autres parents, qui sont censés avoir subi les conseils des autres, et savent donc comme c’est agaçant, cela ne les empêchent visiblement pas de déverser leur soi-disant « savoir ».

Un conseil pour toi qui me lit et qui a un marmot: n’écoute pas les conseils!

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les beaux conseils »

  1. lolotte

    J’adore ton article et ton conseil final. Je nous retrouve bien dans ce que tu dis. En plus quand tu es maman allaitante tu as toujours droit aux : « t’es sûre qu’il/elle n’a pas faim ? Oui oui merci ». Au final on puise les conseils qui correspondent le mieux à NOTRE enfant car ils sont tous différents,,,

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s